Archives de catégorie : FR

Articles en Français

La campagne en vue de libérer l’artiste belge Mustapha Awad prend de l’ampleur : des syndicats et des parlementaires apportent leur signature

Mercredi 22 août, des amis de l’artiste belgo-palestinien, chorégraphe et défenseur des droits de l’homme Mustapha Awad, détenu par l’occupation israélienne depuis le 19 juillet 2018, date à laquelle il a été arrêté par les forces de l’occupation au passage Karameh, à la frontière entre la Palestine et la Jordanie, ont été reçus par des représentants du ministère belge des Affaires étrangères.

Vous aussi pouvez entreprendre des actions en vue de libérer Mustapha Awad ! 

L’arrestation d’Awad a provoqué une condamnation générale de la part de nombreuses organisations et individus belges et internationaux. Un regain d’attention a été attiré sur l’exclusion d’activistes BDS et de défenseurs des droits de l’homme de la Palestine occupée et sur l’interrogatoire d’autres qui se présentaient aux frontières colonialement imposées. Dans ce contexte, l’arrestation d’Awad est un exemple particulièrement flagrant de la capture d’un citoyen étranger, qui n’a pas de carte d’identité palestinienne, alors qu’il tentait d’aller visiter la Palestine, le pays d’où sa famille a été chassée en 1948.

Au fur et à mesure que l’affaire a gagné en visibilité dans les médias traditionnels belges, tant francophones que néerlandophones, le soutien au danseur emprisonné – cofondateur du groupe de debkeh Raj’een – s’est aussi amplifié. La FGTB (Fédération générale du travail de Belgique, le syndicat socialiste national, en Belgique) a soutenu la pétition Awad, comme l’a également fait son président, Robert Vertenueil. La députée fédérale belge, Gwenaelle Grovonius, a également signé la pétition en même temps que plus d’une centaine d’organisations et plus d’un millier de personnes.

Rana Maher Daibes, du groupe Raj’een Dabkeh, aux côtés de Robert Vertenueil, président de la Fédération générale du travail de Belgique

Des groupes culturels, des ONG soutenant la Palestine et les droits de l’homme ont également rejoint la bonne centaine d’organisations épaulant l’appel à la libération d’Awad.

Découvrez la liste des signataires internationaux et signez la pétition ici

Le Comité Free Mustapha a également lancé un appel à dons afin d’aider à la défense juridique de Mustapha Awad en Palestine occupée et en Belgique :

« Nous avons besoin de collecter des fonds… Il n’y a pas de petits dons, le plus petit don constituera une aide. Nous vous remercions d’avance. N’hésitez pas à partager la pétition, la page, les articles de presse et le numéro de compte bancaire :

Free Mustafa
BE96 7360 5044 3805.
BIC : KRED BE BB « 

Le comité a publié un communiqué de presse suite à sa rencontre avec les représentants du ministère belge des Affaires étrangères

Agissez !

Vous pouvez contribuer à mettre sur pied la campagne de libération de l’artiste emprisonné Mustapha Awad. Nous vous invitons à nous rejoindre en entreprenant les actions suivantes :

Signez la déclaration que voici en tant que groupe ou personne :

Pétition Free Mustapha

Rejoignez la page Facebook –> Free Mustapha Awad الحرية لمصطفى عوض

Faites un don au fonds juridique du Comité « Free Mustapha ».
En Europe, vous pouvez adresser un SEPA Transfer à : Free Mustafa

BE96 7360 5044 3805
BIC : KRED BE BB

Prenez une photo « Free Mustapha »

avec l’affiche ci-dessous, ou avec un message personnel et envoyez-la au Comité à l’adresse :

free.mustapha2018@gmail.com ou proposez-la sur la page Facebook.

Organisations signataires de la pétition 1)les organisations signataires belges sont mis en gras

ABP – Association belgo-palestinienne
AFPS 63
AFPS Nord-Pas de Calais
AFPS Paris-Sud
Al-Awda, Palestine Right to Return Coalition – NY
Aljabal asbl
American Muslims for Palestine – NY
Amitié sans frontières – Vriendschap Zonder Grenzen
Antwerp for Palestine
Association Charente Palestine Solidarité
AURDIP – Association des universitaires pour le respect du droit international en Palestine
Association for Protection of Democratic Rights (APDR), Inde
BACBI : Belgian Academic and Cultural Boycott of Israel
BADIL
BDS Berlin
BDS ULB
BRussells Tribunal
Bruxelles Panthères
Canada Palestine Association-Vancouver
Centre culturel arabe en pays de Liège
Cercle des étudiants arabo-européens de l’ULB
Comité de vigilance pour la démocratie en Tunisie
Comité pour une paix juste au Proche-Orient
Comite Verviers Palestine
Communauté palestinienne en Belgique
Parti communiste de Belgique
Parti communiste (Suède)
Coup pour coup 31
CSC Charleroi-Sambre & Meuse
Dar al Janub – Union for antiracism and peace policy
Diensten en Onderzoek Centrum Palestina (docP)
Een Andere Joodse Stem / Another Jewish Voice
Eglise protestante baptise La Fraternité
EuroPalestine
Familles de prisonniers pour la justice (Belgique)
FGTB
FGTB wallonne
Filipino Refugees in the Netherlands (FREN)
Freedom Archives
Free Palestine Movement
French Friends of the Freedom Theatre in Jenin
G3W/M3M (ONG belge)
GAPP – Gents ActiePlatform Palestina
Greek Front of Resistance and Solidarity with Palestine « Ghassan Kanafani »
Groupe non-violent LOUIS LECOIN
GUPS Aix-Marseille
Hand in Hand
Hannah vzw
Independent Jewish Voices – Canada
Inminds Human Rights Group
Intal
International Action Center
IJAN, International Jewish Anti-Zionist Network
International League of Peoples’ Struggle (ILPS)
International forum – Middle East group
Investig’Action
ISM-Northern California
Jacksonville Community Action Committee
Jacksonville Palestine Solidarity Network
Jews for Palestinian Right of Return
Justice sans frontières JSF (Belgique)
Käthe Kollwitz Vredesloop
Labor for Palestine
Le Space
Leuvense Actiegroep Palestina
Ligue des droits de l’homme de Liege
Links Ecologisch Forum/Forum Gauche écologie
London Palestine Action
Manchester Boycott Israel Group
Maramya ASBL
MCP – Mouvement Citoyen Palestine
MCP – Mouvement Chrétien pour la Paix

MOC de Charleroi-Thuin
National Lawyers Guild Palestine Subcommittee
NY4Palestine
NZ Palestine Solidarity Network (Nouvelle-Zélande)
PAC – Presence et Action culturelles
Paix juste au Proche-Orient – Ittre
Palestina Solidariteit
Palestina Solidariteit Herent / 11.11.11-Herent
Palestina Solidariteit Wetteren
Palestine Solidarity Committee – Austin, Texas
Palestine Democratic Forum
Palestinian Rights Committee, Albany New York USA
Parallelo Palestina
Party for Socialism and Liberation
Peoples Video Network
Pittsburgh Palestine Solidarity Committee
Plate-forme Charleroi-Palestine
Plate-forme Palestine Watermael-Boitsfort
Project South : Institute for the Elimination of Poverty and Genocide
Raj’een Dabkeh Group
Samidoun Göteborg
Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network
Scottish Palestine Solidarity Campaign
Secours rouge Canada
Secours rouge de Belgique
Solidaris – Union nationale des mutualités socialistes
Solidaris Namur
Solidarity4All
Studenten voor Rechtvaardigheid in Palestina – Amsterdam
Students for Justice in Palestine Houston
Students for Justice in Palestine, Temple University
Students for Justice in Palestine UCSB
Students for Justice in Palestine VUB
Students for Justice in Palestine, University of South Carolina
SUD Solidaires
The Rights Forum
Union générale des femmes palestiniennes en Belgique et au Luxembourg
Union of Palestinian Communities and Institutions – Europe
UPJB – Union des progressistes juifs de Belgique
US Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel
Victoria Coalition Against Israeli Apartheid
Victory to the Intifada (Manchester)
Vie Fémine
Vrede vzw
Vriendschap
Vrouwen in het Zwart, Vrouwen voor Vrede
V-SB (Mouvement socialiste flamand)
vzw Victoria Deluxe
WALPURGIS
Werkgroep Vluchtelingen Gent vzw
Werkgroep Vrede en Ontwikkeling Watermaal-Bosvoorde
WESPAC Foundation


Publié le 27/8/2018 sur Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network
Traduction : Jean-Marie Flémal

References   [ + ]

1. les organisations signataires belges sont mis en gras

Soutien financier (FR)

Signer la pétition est très important mais nous avons également besoin de vos dons. En effet Mustafa a 2 avocats un ici en Belgique et un sur place. Nous avons donc besoin de récolter de l’argent pour les payer. Il n’y a pas de petits dons, le moindre petit don sera un coup de main. D’avance merci et n’hésitez pas à partager la pétition, la page, les articles de presse, et le numéro de compte bancaire :

Free Mustafa
BE96 7360 5044 3805.
BIC: KRED BE BB

« Free Mustapha » : Ses amis exigent la libération d’un Belge d’origine palestinienne emprisonné en Israël

Voici quelques semaines, Mustapha Awad décidait de se rendre en Palestine, la terre de ses grands-parents. « Plus tôt, il avait déjà fait une première tentative de se rendre dans sa patrie d’origine, mais il avait été refoulé », explique son avocate belge Joke Callewaert. « Cette fois, il comptait faire une seconde tentative. »

Le jeudi 19 julillet, Awad franchissait le pont Allendy entre la Jordanie et la Cisjordanie, à la frontière jordano-palestinienne. Il y était arrêté par les autorités israéliennes, qui contrôlent très sévèrement leurs frontières.

Depuis lors, Mustapha Awad a subi des interrogatoires dans une prison israélienne. « J’ai d’abord pensé qu’ils allaient le détenir administrativement durant 35 jours, pour l’interroger et le libérer ensuite », déclare Callewaert. Mais, jeudi dernier, Awad a été mis en accusation pour terrorisme. « Nous ne savons même pas pourquoi », ajoute Callewaert. « Il a un casier judiciaire absolument vierge. »

Dans les médias israéliens, on peut lire que l’homme est suspecté d’affiliation au FPLP, le Front populaire de libération de la Palestine, considéré comme un groupe terroriste. Et, peut-on encore lire, il aurait sans doute suivi des formations militaire auprès du Hezbollah, un mouvement de résistance contre Israël, et avoir eu l’intention de commettre un attentat terroriste en Israël.

Dimanche 2 septembre, il sera décidé si Mustapha Awad restera plus longtemps encore en détention provisoire. Il est possible que, plus tard, il doive comparaître devant un tribunal militaire.

Qui est Mustapha Awad ?

Mustapha Awad est né en 1982 dans un camp de réfugiés palestiniens au Liban. Ses parents sont eux-mêmes des réfugiés palestiniens qui, aujourd’hui encore, résident dans ce camp – qui, pour toute clarté, n’est pas constitué de tentes, mais bien d’habitations.

À l’âge de vingt ans, Mustapha Awad décidait de venir dans notre pays. Il y entamait une procédure en vue de se voir accorder la nationalité belge, qu’il obtenait effectivement voici deux ans environ. Awad habite Alost où, entre autres, il siège au Conseil de la Coopération internationale au développement.

L’homme fait également partie d’un groupe qui danse le debkeh, une danse traditionnelle palestinienne. Avec ce groupe, Mustapha se produit régulièrement afin de soutenir la cause palestinienne en tant qu’artiste. Selon Callewaert, ce pourrait être la raison pour laquelle Mustapha Awad a été arrêté. « Les services de police auraient pu retrouver cette information via Facebook. »

En Israël, il est permis d’interroger les gens en les soumettant à de fortes pressions

Joke Callewaert a beau être l’avocate de Mustapha dans notre pays, en Israël, Mustapha s’est vu imposer un avocat pro deo pour assurer sa défense. « Dès que nous avons su qu’il avait été arrêté pour terrorisme, j’ai décidé de faire désigner un autre avocat. » Mais lui non plus – à l’instar de Mustapha Awad lui-même – n’a pas encore eu accès au dossier. « Il n’a même pas encore reçu d’acte de mise en accusation de la part du juge d’instruction. Souvent, en Israël, on prend des décisions sur base de dossiers secrets. C’est un système absurde dans lequel les droits de la défense sont très limités. »

De notre pays, Mustapha a toutefois reçu une assistance consulaire.

Callewaert elle-même n’a pas encore pu contacter verbalement son client. « Il ne peut pas téléphoner depuis la prison, même pas à ses amis et à sa famille en Belgique. »

C’est pourquoi Callewaert envisage elle-même de se rendre en Israël afin de lui rendre visite, « car il est difficile de comprendre à distance de quoi il retourne exactement. Et, de plus, je ne pourrai pas plaider personnellement, car je ne parle pas un mot d’hébreu. »

En Israël, il est permis d’interroger les prisonniers en les soumettant à des pressions. « On peut y recourir à des techniques d’interrogatoires très lourdes, et même extrêmes », déclare Callewaert. « Ainsi, j’ai appris des médias sur place que, la toute première fois déjà, il aurait été interrogé durant vingt heures d’affilée. Dans quelle mesure est-ce de la torture ou pas, voilà une question sur laquelle le juge devra s’exprimer. »

Dans la presse israélienne, on a appris entre-temps qu’Awad avait fait des aveux complets. « Mais cela me semble bizarre », déclare son avocate. Elle n’est guère optimiste sur son sort. « Je crains qu’il ne soit lourdement condamné et que les droits de la défense ne soient pas respectés. »

La pétition « Free Mustapha » compte déjà 1 400 signatures

Les amis de Mustapha ont désormais lancé une pétition afin de le soutenir et de réclamer sa libération. Elle a déjà été signée par près de 1 400 personnes. 1. Tous craignent que Mustapha ne soit victime de la torture. Cette semaine, le comité de soutien a également été reçu au ministère des Affaires étrangères.


Publié sur le 24/8/2018 sur VRT/NWS
Traduction : Pour la Palestine – Jean-Marie Flémal

Vous trouvez ICI le lien pour signer la pétition

« Traitements inhumains équivalents à la torture »: Mustapha Awad, Belge d’origine palestinienne, est détenu en Israël

 
Mustapha Awad est entre autres danseur. Il est le fondateur de la troupe de debkeh (danse palestinienne) Raj'een

Mustapha Awad est entre autres danseur. Il est le fondateur de la troupe de debkeh (danse palestinienne) Raj’een – © Tous droits réservés

Wahoub Fayoumi

Awad, artiste belge d’origine palestinienne, aurait été arrêté par les autorités israéliennes, le 19 juillet dernier, alors qu’il se rendait en Palestine pour visiter des membres de sa famille. Il avait séjourné quelque temps en Jordanie.

D’après ses proches, le jeune homme de 36 ans avait ensuite pris le chemin du poste frontière entre la Jordanie et les Territoires palestiniens. C’est là qu’il aurait été emmené par les autorités israéliennes, qui y  disposent d’un poste de contrôle des douanes.

Mustapha Awad aurait alors disparu des radars, jusqu’au 27 juillet, date à laquelle les autorités belges auraient reçu confirmation de son arrestation et de son emprisonnement en Israël.

Mustapha Awad est Belge d’origine palestinienne. Il est né au Liban dans le camp de réfugiés de Ain el Héloué. Apatride, il a été reconnu comme réfugié en Belgique il y a plus de 15 ans, avant d’obtenir la nationalité belge.

Contactée mercredi, l’ambassade d’Israël à Bruxelles n’a dans un premier temps pas souhaité faire de commentaire sur le dossier. Mais ce jeudi, le porte parole de l’ambassade a souhaité nous confirmer que Mustapha Awad avait bien été arrêté, qu’il est accusé d’appartenance à un groupe terroriste, en l’occurrence le Front Populaire de Libération de la Palestine, un groupe armé de gauche. Selon l’ambassade d’Israël, Mustapha Awad aurait aussi suivi des entraînements avec le Hezbollah libanais (mise à jour, ndlr).

C’est aussi ce que la presse israélienne rapportait il y a quelques jours.

Un comité de soutien, Free Mustapha Awad, s’est constitué en Belgique, et une pétition a été lancée. Objectif de ses proches: demander aux autorités belges d’intervenir pour obtenir sa libération. Une délégation de ce comité a été reçue au SPF Affaires étrangères mercredi matin.

Alexis Deswaef, avocat et ancien président de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), a accompagné la délégation du comité de soutien mercredi. Il a été délégué par la LDH pour suivre le dossier.

Que sait-on de ce qui s’est passé ?

Alexis Deswaef:  C’est à la frontière entre la Jordanie et la Palestine, sur le pont Allenby, que les autorités israéliennes ont arrêté Mustapha Awad, alors qu’il n’était pas en Israël. C’est là qu’il a disparu le 19 juillet. Il a fallu pas mal de temps pour comprendre ce qui était arrivé. C’est seulement le 27 juillet que les autorités belges, et le consulat belge ont reçu la confirmation des autorités israéliennes qu’il a été emprisonné en Israël.

Et c’est effectivement une arrestation tout à fait inhabituelle

Que reprochent les autorités israéliennes à Mustapha Awad ?

Alexis Deswaef : Les motifs de cette arrestation constituent une grande inconnue. Le 16 août, il a visiblement été mis en accusation du chef de terrorisme.

On sait qu’en Israël, cela recouvre énormément de choses, mais visiblement, il est accusé de lien dans un dossier de terrorisme ; ce qui est contesté. Mais on ne sait pas exactement ce que cela vise. Les autorités belges n’en ont pas été informées.

Une nouvelle audience est prévue le 2 ou le 3 septembre. On espère avoir plus de renseignements à cette occasion là, et voir concrètement dans le dossier ce qui lui est reproché, pour pouvoir intervenir.

Quelle est l’attitude des autorités belges dans ce dossier ?

Alexis Deswaef : Mustapha Awad a reçu une première visite du consul de Belgique le 7 août, une visite consulaire sollicitée par les autorités belges auprès des autorités israéliennes, et qui a été accordée. Une deuxième visite a été sollicitée et est prévue dans les jours qui viennent.

Il y a un avocat en Israël qui défend Mustapha Awad, et nous espérons qu’il sera libéré très rapidement. Mais la moindre des choses, c’est que la Belgique obtienne de la part des autorités israéliennes des explications sur les motifs de cette arrestation, et de cette détention.

Et que des comptes soient rendus par rapport à ce qui nous revient comme conditions d’interrogatoire : plus d’une vingtaine d’heures d’auditions, privation de sommeil et de nourriture, mauvais traitements… Ce sont clairement des traitements inhumains équivalents à la torture, et il est absolument inacceptable que les autorités israéliennes agissent de la sorte avec un ressortissant belge. C’est là que les autorités belges doivent faire tout le nécessaire pour mettre fin à ces violations des droits humains , et pour obtenir la libération de Mustapha Awad.

Le Comité « Free Mustapha » a été reçu au Ministère des Affaires étrangères

Communiqué de presse du jeudi 23 août

Une délégation du comité de soutien à Mustapha Awad, artiste belge, d’origine palestinienne, emprisonné depuis le 19 juillet, a été reçu ce mercredi 22 août au Ministère des Affaires étrangères.

La délégation était composée de An Muylaert, médecin, qui s’est occupée de Mustapha, depuis son arrivée comme jeune réfugié en Belgique; Alex Deswaef,président d’honneur de la Ligue des Droits de l’Homme; de Mohammed Okal, jeune danseur dans le groupe debkeh Raj’een (danses traditionelles) que Mustapha a fondé; de Hamdan Al Damiri, représentant la Communauté palestinienne en Belgique ; de Dominique Surleau, Secrétaire générale du PAC (Présence et Action Culturelles) et de Myriam De Ly (Plate-forme Charleroi-Palestine).

Tous les membres de la délégation ont pu faire part de leurs liens personnels avec Mustapha et de leur inquiétude à propos de son sort.

Nous avons eu l’impression d’avoir réellement été écoutés par quatre responsables de l’administration du SPF Affaires Étrangères (trois personnes de la Direction générale consulaire et une personne spécifiquement en charge du Moyen-Orient) qui nous ont accueillis.

Nous avons pris connaissance des pas que le Ministère a entrepris dès qu’ils ont été au courant que Mustapha était arrêté. Une nouvelle visite du Consul belgeauprès de Mustapha a été demandée de leur part.

Nous avons pu remettre les 1.364 signatures pour la pétition « Free Mustapha », qui a été lancée le vendredi 18 août.

En quatre jours de temps, en plein congé et en WE, le Comité « Free Mustapha » a pu accueillir 1.263 signatures à titre individuel et 101 signatures d’organisations dont 37 organisations belges.

Les représentants du Ministère nous ont dit qu’ils feront part au Consul belge à Jérusalem de notre visite et du vent de solidarité qui souffle en Belgique, pour que Mustapha se sente soutenu.

Alexis Deswaef et d’autres membres de la délégation ont fait part de leur plus vive inquiétude eu égard aux violations des droits de l’homme commises lors des interrogatoires de prisonniers en Israël (traitements inhumains, torture, …).

Les représentants du ministère semblaient partager nos craintes. An Muylaert a soulevé le point que Mustapha devrait au moins avoir l’occasion d’appeler sa famille.

Nous attendons maintenant les prochains pas diplomatiques qui seront entrepris : la nouvelle visite du consul à Mustapha en prison, la nouvelle audience devant un tribunal israélien début septembre, l’accès au dossier par l’avocat de Mustapha sur place.

Mais attendre ne veut pas dire rester inactifs. Nous savons que Mustapha et le groupe Raj’een sont connus dans les quatre coins du pays.

Nous continuerons notre campagne d’information et de mobilisation pour sa libération jusqu’à ce qu’il soit enfin de retour parmi nous. Nous vous invitons à signer la pétition et à suivre notre page FB

Le comité « Free Mustapha »                    

Pour la libération de Mustapha, artiste belge d’origine palestinienne emprisonné en Israël

Nous faisons appel à votre solidarité pour le jeune artiste belge Mustapha Awad, détenu arbitrairement en Israël depuis le 19 juillet (voir communiqué ci-dessous).

Agissons ensemble pour qu’il soit libéré au plus vite. Vous pouvez signer l’appel ICI, en tant qu’organisation ou à titre individuel.

Partagez cet appel avec vos amis qui ont à cœur la défense des droits de l’homme ! Merci de tout cœur pour votre soutien.

Nous vous invitons également à suivre la page Facebook Free Mustapha Awad

Communiqué de presse du 17 août 2018

Nous sommes très inquiets à propos du sort de notre ami Mustapha Awad, un jeune artiste et travailleur belge d’origine palestinienne. Mustapha a été arrêté en date du 19 juillet 2018 par les autorités israéliennes. Il y a des raisons sérieuses de craindre qu’il ne soit victime de tortures et de traitements inhumains et dégradants durant sa détention.

Monsieur Awad est citoyen belge d’origine palestinienne ; il est né dans le camp de réfugiés d’Ain el-Helweh au Liban. Monsieur Awad a été reconnu réfugié en Belgique. Devenu belge depuis lors, il a décidé de visiter la Palestine, la terre de ses parents.

À la frontière entre la Jordanie et la Palestine, il a été arrêté par les forces armées israéliennes qui contrôlent les frontières palestiniennes.

Depuis lors, il a été maintenu en garde à vue et est soumis à des interrogatoires.

Durant deux semaines, Mustafa n’a pas eu d’avocat, personne ne pouvait le défendre ou exiger qu’on respecte ses droits les plus élémentaires comme par exemple entrer en contact avec sa famille. 

Il a seulement vu le consul de Belgique le 8 août, après 20 jours d’interrogatoire. Le 16 août, il a dû comparaître devant un tribunal, mais a de nouveau été renvoyé dans un centre d’interrogation israélien.

Cette situation est inacceptable. Les Palestiniens emprisonnés en Israël sont soumis à la torture et à toutes sortes de violences, lors des interrogatoires. Cette violence comprend : agressions physiques, pressions psychologiques sévères, privation prolongée de sommeil, etc. Ces mauvais traitements sont légaux selon le droit israélien. Selon nos sources, Mustapha a subi des interrogations pendant 20 heures d’affilée : trois équipes d’interrogateurs se relayaient.  En outre, Mustapha Awad a des problèmes de santé et souffre régulièrement d’insupportables douleurs lombaires.

Monsieur Awad travaille en Belgique, a de nombreux amis et est bénévole dans plusieurs associations. Il est artiste, se produit sur scène, il est également travailleur culturel et défenseur des droits de l’homme. Il est engagé pour la cause palestinienne.

En tant que cofondateur de la troupe populaire de debkeh (danse palestinienne) Raj’een, il s’est produit avec le groupe lors de multiples événements en Belgique et partout en Europe. Mustapha est le fils, le frère et l’ami de beaucoup – sa famille en Belgique, sa famille au Liban, ses chers amis et toute une nombreuse communauté à travers le monde connaissent et soutiennent tous son travail. 

Mustapha Awad doit être libéré. Il n’a commis aucun crime. Nous comptons sur la Belgique pour assumer ses responsabilités et protéger ses citoyens contre cette arrestation arbitraire et contre toute forme de tortures et traitements inhumains.

Mustapha a toujours agi en défense des droits de l’homme des Palestiniens confrontés à ces emprisonnements injustes. Aujourd’hui, il est temps de défendre les droits de Mustapha.

Raj’een dabkeh groupe et le Comité « Free Mustapha »

La LDH se joint au comité de soutien du Belge Mustapha Awad détenu en Israël

Agence Belga , publié le 23 août 2018 à 11h08  

La Ligue des Droits de l’Homme (LDH) a décidé de se joindre au comité de soutien formé par une dizaine de proches du Belge d’origine palestinienne Mustapha Awad. Le danseur, âgé de 36 ans, a été arrêté par les autorités israéliennes le 19 juillet dernier au poste-frontière d’Allenby, alors qu’il tentait de se rendre dans les Territoires palestiniens depuis la Jordanie. Il est soupçonné d’appartenir à une organisation terroriste.

Les proches de Mustapha Awad se disent particulièrement inquiets des conditions de sa détention en Israël et craignent qu’il soit victime de tortures. « Nous savons via son avocate sur place qu’il a subi de longs interrogatoires, des privations de sommeil et de nourriture », commente le président d’honneur de la LDH, Alexis Deswaef. « Les services de sécurité israéliens sont connus pour leurs techniques d’interrogatoire en totale contradiction avec les droits de l’Homme », ajoute-t-il. Mercredi, le comité de soutien a été reçu au siège des Affaires étrangères. « Nous sommes parfaitement au courant de la situation et suivons le dossier de près », affirme le porte-parole du ministère, Matthieu Branders. « Notre rôle consiste à s’assurer que la personne va bien et que les droits de sa défense sont respectés, sans intervention dans le processus judiciaire », précise-t-il. Arrêté le 19 juillet, Mustapha Awad a reçu la visite du consul le 7 août. Une demande d’autorisation pour une deuxième visite a été introduite. Son avocate en Belgique, Me Joke Callewaert, attend toujours d’avoir accès au dossier. Selon la presse israélienne, qui cite le service de sécurité intérieure, le Shin Bet, Mustapha Awad est soupçonné d’appartenir au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), un mouvement marxiste pro-palestinien placé sur la liste des organisations terroristes en Israël. Le Belge, né dans un camp de réfugiés palestiniens au Liban, se rendait pour la première fois en Palestine. Il doit comparaître devant un tribunal israélien le 3 septembre. (Belga)

Communiqué de presse, jeudi 23 août

Une délégation du comité de soutien à Mustapha Awad, artiste belge, d’origine palestinienne, emprisonné depuis le 19 juillet, a été reçu ce mercredi 22 août au Ministère des Affaires étrangères.

La délégation était composée de An Muylaert, médecin, qui s’est occupée de Mustapha, depuis son arrivée comme jeune réfugié en Belgique; Alex Deswaef, président d’honneur de la Ligue des Droits de l’Homme; de Mohammed Okal, jeune danseur dans le groupe debkeh Raj’een (danses traditionelles) que Mustapha a fondé; de Hamdan Al Damiri, représentant la Communauté palestinienne en Belgique ; de Domique Surleau, présidente du PAC (Présence et Action Culturelles) et de Myriam De Ly (Plate-forme Charleroi-Palestine).

Tous les membres de la délégation ont pu faire part de leurs liens personnels avec Mustapha et de leur inquiétude à propos de son sort. Nous avons eu l’impression d’avoir réellement été écoutés par quatre responsables de l’administration du SPF Affaires Étrangères (trois personnes de la Direction générale consulaire et une personne spécifiquement en charge du Moyen-Orient) qui nous ont accueillis. Nous avons pris connaissance des pas que le Ministère a entrepris dès qu’ils ont été au courant que Mustapha était arrêté. Une nouvelle visite du Consul belge auprès de Mustapha a été demandée de leur part.

Nous avons pu remettre les 1.364 signatures pour la pétition « Free Mustapha », qui a été lancée le vendredi 18 août. En quatre jours de temps, en plein congé et en WE, le Comité « Free Mustapha » a pu accueillir 1.263 signatures à titre individuel et 101 signatures d’organisations dont 37 organisations belges. Les représentants du Ministère nous ont dit qu’ils feront part au Consul belge à Jérusalem de notre visite et du vent de solidarité qui souffle en Belgique, pour que Mustapha se sente soutenu.

Alexis Deswaef et d’autres membres de la délégation ont fait part de leur plus vive inquiétude eu égard aux violations des droits de l’homme commises lors des interrogatoires de prisonniers en Israël (traitements inhumains, torture, …). Les représentants du ministère semblaient partager nos craintes. An Muylaert a soulevé le point que Mustapha devrait au moins avoir l’occasion d’appeler sa famille.

Nous attendons maintenant les prochains pas diplomatiques qui seront entrepris : la nouvelle visite du consul à Mustapha en prison, la nouvelle audience devant un tribunal israélien début septembre, l’accès au dossier par l’avocat de Mustapha sur place.

Mais attendre ne veut pas dire rester inactifs. Nous savons que Mustapha et le groupe Raj’een sont connus dans les quatre coins du pays. Nous continuerons notre campagne d’information et de mobilisation pour sa libération jusqu’à ce qu’il soit enfin de retour parmi nous. Nous vous invitons à signer la pétition et à suivre note page FB

Le comité « Free Mustapha »

Contacts de presse :

An Muylaert,comité de soutien (nederlands) : 0473 96 77 76
Mohammed Okal, comité de soutien (english and arabic) : 0493 04 46 81
Myriam De Ly, comité de soutien (français) : 0473 28 63 75