Archives de l’auteur : LD1051

L’inexcusable timidité du gouvernement belge face à Israël et l’emprisonnement d’un de ses citoyens

Le surréalisme était autrefois l’apanage des peintres en Belgique. Aujourd’hui, même les diplomates du pays semblent l’avoir maîtrisé. Car il y a quelque chose de surréaliste dans la façon dont ils utilisent le personnage de bande dessinée Spirou, en tant que défenseur des droits de l’homme, tout en refusant de défendre un artiste belge, un être bien réel celui-ci, dont les droits de l’homme sont bafoués par Israël.

Mustapha Awad, éminent représentant de la danse traditionnelle palestinienne, le dabke, a été arrêté par les autorités israéliennes en juillet dernier. Awad est un Palestinien de nationalité belge. Pourtant, le gouvernement belge pratiquement gardé le silence sur son maintien en détention.

Le silence a finalement été brisé la semaine dernière. Didier Reynders, le ministre belge des Affaires étrangères, a tweeté que l’assistance consulaire a été fournie à Awad et qu’il avait été demandé à Israël de clarifier les accusations portées contre lui. Des tweets d’une timidité inexcusable :

Les allégations d’Israël selon lesquelles Awad appartiendrait à une organisation « terroriste » ont été catégoriquement rejetée par son équipe juridique. Les autorités israéliennes n’ont présenté aucune preuve crédible contre Awad, ainsi que l’a reconnu Reynders.

Mustapha Awad est un Palestinien qui n’était jamais allé en Palestine auparavant. Âgé de 36 ans, il est né à Ein al-Hilweh, un camp de réfugiés au Liban. La Belgique a reconnu son statut de réfugié à l’âge de 20 ans. Israël l’a arrêté cet été alors qu’il tentait d’entrer en Cisjordanie occupée via la Jordanie.

Mauvais traitements

Si la Belgique prend son devoir de protéger tous ses citoyens au sérieux, le gouvernement doit exiger la libération immédiate et inconditionnelle d’Awad.

L’affirmation de Reynders, par Twitter interposé, selon laquelle la Belgique fait tout ce qu’elle peut ne résiste pas à l’examen. Il a fallu presque trois semaines avant qu’un diplomate belge aille voir Awad en prison. Awad n’a pas pu entrer en contact avec sa famille ou avec ses amis. Selon ses avocats, Awad a été maltraité, notamment par privation de sommeil.

Reynders a réagi plus rapidement quand un autre citoyen belge, Amaya Coppens, a été arrêté au Nicaragua, où elle aussi a été accusée de terrorisme.

Alors qu’il a attendu deux mois et demi avant de faire tout commentaire public sur l’affaire Awad, Reynders a exprimé son malaise à propos de la situation de Coppens dans les deux jours suivant son arrestation. Et il a tenu à discuter de la question avec des représentants du Nicaragua lors de sa visite à New York pour l’Assemblée générale des Nations Unies.

Charles Michel, le Premier ministre belge, s’est fait photographier serrant la main de son homologue israélien, Benjamin Netanyahu, au cours de la même réunion. Rien n’indique que Michel ait profité de l’occasion pour faire pression pour la libération d’Awad.

https://twitter.com/IsraelinBelgium/status/1045206782975651841

Pourquoi le gouvernement belge adopte-t-il des attitudes si différentes dans les deux affaires ?

Sous la présidence de Daniel Ortega, le Nicaragua entretient des relations tendues avec l’Occident. Les affrontements avec l’administration de gauche à Managua ne présentent aucun coût politique ou économique majeur pour la Belgique.

Double standard

À l’inverse, la Belgique se vante de ses relations cordiales avec Israël. Parfois, les diplomates belges vont même jusqu’à louer les musiciens de leur pays qui apportent une «grande ambiance» quand ils jouent Tel Aviv. Cet éloge insensé ne tient pas compte du fait que ces musiciens ont refusé de répondre à l’appel palestinien au boycott d’Israël.

La Belgique et Israël sont des partenaires commerciaux importants. Anvers – la deuxième ville de Belgique – et Tel-Aviv sont des acteurs importants du commerce mondial du diamant, grâce à une interaction étroite entre les deux.

https://twitter.com/BelgiuminIsrael/status/1044339281433628672

Plus de 40% de tous les produits israéliens importés en Belgique en 2017 sont constitués de métaux précieux et pierres précieuses. L’armée belge est également un client de la société d’armement israélienne Elbit Systems.

L’année dernière, la Belgique a brièvement indiqué qu’elle serait peut-être disposée à se comporter avec un peu moins de déférence envers Israël. Elle a pris les devants parmi un groupe de pays de l’UE en protestant contre les destructions causées par Israël à des projets d’aide qu’ils avaient financés en Cisjordanie occupée.

La protestation a fait long feu, parce que la Belgique ne l’a pas accompagnée de menaces de sanctions ou de poursuites judiciaires. De manière prévisible, Israël a continué à vandaliser des écoles palestiniennes financées par les contribuables européens.

C’était un assaut vicieux contre le droit à l’éducation [des enfants palestiniens]. Cependant, plutôt que de contester l’agression israélienne, la Belgique punit les Palestiniens. La Belgique a annoncé en septembre qu’elle avait coupé le financement des écoles administrées par l’Autorité palestinienne. Ce faisant, la Belgique a capitulé sous la pression de lobbyistes pro-israéliens qui ont objecté qu’une école portait le nom d’un combattant de la résistance palestinien.

Israël attribue de manière habituelle le nom de criminels de guerre à ses rues et à ses institutions, et continue de célébrer ouvertement les terroristes qui ont bombardé le l’Hotel King David à Jérusalem en 1946. Cette violence n’a jamais été un obstacle au soutien de la Belgique à l’État israélien.

La Belgique étant une société multiculturelle, elle devrait être fière de Mustapha Awad. Il a dirigé la troupe Ra’jeen Dabke avec beaucoup d’enthousiasme. Je me souviens du sourire radieux qu’il a eu à la fin d’une performance entraînante du groupe dans une université bruxelloise, plus tôt cette année.

Le refus de Didier Reynders d’exiger la libération d’Awad relève du double standard et, très probablement, du racisme.

Le ministère belge des Affaires étrangères suit un scénario qui ressemble à celui de «Animal Farm» de George Orwell. Tous les citoyens sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres.

David Cronin                


Cet article de David Cronin a été publié sur Electronic Intifada le 16 octobre 2018, sous le titre «Belgium refuses to demand release of citizen jailed by Israel» – Traduction : Luc Delval pour www.pourlapalestine.be

 

A Belgian artist imprisoned by Israel: Free Mustapha Awad!

We are very concerned about the fate of our friend Mustapha Awad, a young artist and a Belgian worker of Palestinian origin. Mustapha was arrested by the Israeli authorities on 19 July 2018. There are very serious reasons to fear that he is or will be subjected to torture and cruel, inhuman and degrading treatment during his detention.

Mr. Awad is a Belgian citizen of Palestinian origin; he was born in Ain el-Helweh refugee camp in Lebanon. Mr Awad was recognized as a refugee in Belgium. Since becoming a Belgian citizen, he decided to visit Palestine, his ancestral homeland.

He was arrested on the border between Jordan and Palestine by the Israeli armed forces who control the Palestinian borders.

Since then, he has been held in custody and interrogated.

For two weeks, Mustafa did not have a lawyer; no one could defend him or demand that his most basic rights be respected, such as having contact with his family members.

He only saw the Belgian consul on August 8, after 20 days of interrogation. On August 16, he appeared in court, but was again sent back to an Israeli interrogation center.

This situation is unacceptable. Palestinians imprisoned in Israel are subjected to torture and all kinds of violence during interrogations. This violence includes: physical assault, severe psychological pressure, prolonged sleep deprivation, etc. This abuse is legal under Israeli law. According to our sources, Mustapha was interrogated for 20 hours in a row at a time: three teams of interrogators took turns. In addition, Mustapha Awad has health problems and suffers from chronic, unbearable lower back pain.

Mr. Awad works in Belgium, has many friends and is a volunteer in several associations. He is an artist, performs on stage and is also a cultural worker and human rights defender. He is committed to the Palestinian cause.

As co-founder of the popular debkeh (Palestinian dance) troupe Raj’een, he has performed with the group at numerous events in Belgium and across Europe. Mustapha is a son, brother and friend of many – his family in Belgium, his family in Lebanon, his dear friends and a large community around the world that knows and supports his work.

Mustapha Awad must be released. He did not commit any crime. We are counting on Belgium to shoulder its responsibilities and protect its citizens against this arbitrary arrest and against all forms of torture and inhuman treatment.

Mustapha has always acted in defense of the human rights of Palestinians facing unjust imprisonment. Today, it is time to defend the rights of Mustapha.

Raj’een dabkeh troupe and the “Free Mustapha” Committee

Take Action!
You can help build the campaign to free imprisoned artist Mustapha Awad. Please join us by taking the following actions:

Sign on to the statement here as a group or an individual:  https://goo.gl/forms/DhqopQRBo5tNGNZj1
Join the Facebook page –> Free Mustapha Awad الحرية لمصطفى عوض 
https://www.facebook.com/freemustapha

Share this statement, the action call and the Facebook page with your friends, comrades and fellow supporters of Palestine. The campaign will be issuing more calls for action – sign up to stay involved!


Publié sur Samidoun le 17 août 2018

Belgische artiest in Israëlische gevangenis: delegatie ontvangen bij Buitenlandse Zaken

Een delegatie van het ondersteuningscomité voor Mustapha Awad, een Belgische artiest van Palestijnse oorsprong, gevangengenom, en door Israël op 19 juli, is op woensdag 22 augustus op het Belgisch Ministerie van Buitenlandse Zaken ontvangen.

De delegatie bestond uit An Muylaert, een arts die sinds de aankomst van Mustapha in België met hem aan verschillende projecten gewerkt heeft en bij wie hij kind aan huis is; Alexis Deswaef, erevoorzitter van de Mensenrechtenliga; Mohammed Okal, een jonge dabkeh danser van Raj’een, een dansgroep die door Mustapha werd opgericht; Hamdan Al Damiri, vertegenwoordiger van de Palestijnse gemeenschap in België; Dominique Surleau, voorzitster van PAC (Présence et Actions Culturelles) en Myriam De Ly (Charleroi – Palestina Platform)

De leden van de delegatie deelden hun persoonlijke band met Mustapha mee én hun bezorgdheid om zijn welzijn. De delegatie had de indruk dat de vier ambtenaren van het FOD Buitenlandse Zaken (waarvan drie vertegenwoordigers van de Consulaire Dienst en één verantwoordelijk voor het Midden Oosten) oren hadden naar de geuite zorgen. Zo werd de delegatie geïnformeerd over de stappen die het FOD reeds heeft gezet nadat het nieuws van Mustapha’s arrestatie door de Israëlische overheid hen bereikt had. Er werd daarom ook door de delegatie verzocht dat de Belgische consul een nieuw bezoek aan Mustapha zou brengen.

Op vrijdag 18 augustus werd een petitie met de titel “Free Mustapha” opgestart, die 1364 maal werd ondertekend. In een tijdspanne van vier dagen, waaronder verlofdagen en het weekend, tekenden 1263 individuen en 101 organisaties, waarvan 37 Belgische organisaties, de petitie. De afgevaardigden van het Ministerie verzekerden aan de delegatie dat dit overleg en de groeiende steun voor Mustapha aan het Belgisch consulaat in Jeruzalem zullen worden meegedeeld, zodat ook Mustapha te weten komt dat hij gesteund wordt.

Alexis Deswaef en andere leden hebben hun bezorgdheid geuit over de mensenrechtenschendingen (onmenselijke en degraderende behandeling, foltering, enz.), die vaak begaan worden door Israël bij ondervraging van gevangen. Die zorg werd gedeeld door de afgevaardigden van het Ministerie. An Muylaert wierp tot slot op dat Mustapha minstens de mogelijkheid zou moeten hebben om zijn familie te bellen.

Het is nu afwachten op de volgende diplomatieke stappen die genomen zullen worden: een tweede bezoek van de Belgische consul aan Mustapha, een nieuwe hoorzitting van de Israëlische rechtbank begin september en toegang tot en inzage van het dossier door de advocaat van Mustapha.

Wachten staat niet gelijk aan niets doen. We weten dat Mustapha en Raj’een in heel het land gekend zijn. We zullen de campagne en mobilisering niet stoppen tot hij terug vrij is. Daarom nodigen wij jullie uit om de petitie te tekenen en onze facebookpagina te volgen: https://facebook.com/freemustapha/.

Free Mustapha Comité                                       

Le Comité « Free Mustapha » a été reçu au Ministère des Affaires étrangères

Communiqué de presse du jeudi 23 août

Une délégation du comité de soutien à Mustapha Awad, artiste belge, d’origine palestinienne, emprisonné depuis le 19 juillet, a été reçu ce mercredi 22 août au Ministère des Affaires étrangères.

La délégation était composée de An Muylaert, médecin, qui s’est occupée de Mustapha, depuis son arrivée comme jeune réfugié en Belgique; Alex Deswaef,président d’honneur de la Ligue des Droits de l’Homme; de Mohammed Okal, jeune danseur dans le groupe debkeh Raj’een (danses traditionelles) que Mustapha a fondé; de Hamdan Al Damiri, représentant la Communauté palestinienne en Belgique ; de Dominique Surleau, Secrétaire générale du PAC (Présence et Action Culturelles) et de Myriam De Ly (Plate-forme Charleroi-Palestine).

Tous les membres de la délégation ont pu faire part de leurs liens personnels avec Mustapha et de leur inquiétude à propos de son sort.

Nous avons eu l’impression d’avoir réellement été écoutés par quatre responsables de l’administration du SPF Affaires Étrangères (trois personnes de la Direction générale consulaire et une personne spécifiquement en charge du Moyen-Orient) qui nous ont accueillis.

Nous avons pris connaissance des pas que le Ministère a entrepris dès qu’ils ont été au courant que Mustapha était arrêté. Une nouvelle visite du Consul belgeauprès de Mustapha a été demandée de leur part.

Nous avons pu remettre les 1.364 signatures pour la pétition « Free Mustapha », qui a été lancée le vendredi 18 août.

En quatre jours de temps, en plein congé et en WE, le Comité « Free Mustapha » a pu accueillir 1.263 signatures à titre individuel et 101 signatures d’organisations dont 37 organisations belges.

Les représentants du Ministère nous ont dit qu’ils feront part au Consul belge à Jérusalem de notre visite et du vent de solidarité qui souffle en Belgique, pour que Mustapha se sente soutenu.

Alexis Deswaef et d’autres membres de la délégation ont fait part de leur plus vive inquiétude eu égard aux violations des droits de l’homme commises lors des interrogatoires de prisonniers en Israël (traitements inhumains, torture, …).

Les représentants du ministère semblaient partager nos craintes. An Muylaert a soulevé le point que Mustapha devrait au moins avoir l’occasion d’appeler sa famille.

Nous attendons maintenant les prochains pas diplomatiques qui seront entrepris : la nouvelle visite du consul à Mustapha en prison, la nouvelle audience devant un tribunal israélien début septembre, l’accès au dossier par l’avocat de Mustapha sur place.

Mais attendre ne veut pas dire rester inactifs. Nous savons que Mustapha et le groupe Raj’een sont connus dans les quatre coins du pays.

Nous continuerons notre campagne d’information et de mobilisation pour sa libération jusqu’à ce qu’il soit enfin de retour parmi nous. Nous vous invitons à signer la pétition et à suivre notre page FB

Le comité « Free Mustapha »                    

Pour la libération de Mustapha, artiste belge d’origine palestinienne emprisonné en Israël

Nous faisons appel à votre solidarité pour le jeune artiste belge Mustapha Awad, détenu arbitrairement en Israël depuis le 19 juillet (voir communiqué ci-dessous).

Agissons ensemble pour qu’il soit libéré au plus vite. Vous pouvez signer l’appel ICI, en tant qu’organisation ou à titre individuel.

Partagez cet appel avec vos amis qui ont à cœur la défense des droits de l’homme ! Merci de tout cœur pour votre soutien.

Nous vous invitons également à suivre la page Facebook Free Mustapha Awad

Communiqué de presse du 17 août 2018

Nous sommes très inquiets à propos du sort de notre ami Mustapha Awad, un jeune artiste et travailleur belge d’origine palestinienne. Mustapha a été arrêté en date du 19 juillet 2018 par les autorités israéliennes. Il y a des raisons sérieuses de craindre qu’il ne soit victime de tortures et de traitements inhumains et dégradants durant sa détention.

Monsieur Awad est citoyen belge d’origine palestinienne ; il est né dans le camp de réfugiés d’Ain el-Helweh au Liban. Monsieur Awad a été reconnu réfugié en Belgique. Devenu belge depuis lors, il a décidé de visiter la Palestine, la terre de ses parents.

À la frontière entre la Jordanie et la Palestine, il a été arrêté par les forces armées israéliennes qui contrôlent les frontières palestiniennes.

Depuis lors, il a été maintenu en garde à vue et est soumis à des interrogatoires.

Durant deux semaines, Mustafa n’a pas eu d’avocat, personne ne pouvait le défendre ou exiger qu’on respecte ses droits les plus élémentaires comme par exemple entrer en contact avec sa famille. 

Il a seulement vu le consul de Belgique le 8 août, après 20 jours d’interrogatoire. Le 16 août, il a dû comparaître devant un tribunal, mais a de nouveau été renvoyé dans un centre d’interrogation israélien.

Cette situation est inacceptable. Les Palestiniens emprisonnés en Israël sont soumis à la torture et à toutes sortes de violences, lors des interrogatoires. Cette violence comprend : agressions physiques, pressions psychologiques sévères, privation prolongée de sommeil, etc. Ces mauvais traitements sont légaux selon le droit israélien. Selon nos sources, Mustapha a subi des interrogations pendant 20 heures d’affilée : trois équipes d’interrogateurs se relayaient.  En outre, Mustapha Awad a des problèmes de santé et souffre régulièrement d’insupportables douleurs lombaires.

Monsieur Awad travaille en Belgique, a de nombreux amis et est bénévole dans plusieurs associations. Il est artiste, se produit sur scène, il est également travailleur culturel et défenseur des droits de l’homme. Il est engagé pour la cause palestinienne.

En tant que cofondateur de la troupe populaire de debkeh (danse palestinienne) Raj’een, il s’est produit avec le groupe lors de multiples événements en Belgique et partout en Europe. Mustapha est le fils, le frère et l’ami de beaucoup – sa famille en Belgique, sa famille au Liban, ses chers amis et toute une nombreuse communauté à travers le monde connaissent et soutiennent tous son travail. 

Mustapha Awad doit être libéré. Il n’a commis aucun crime. Nous comptons sur la Belgique pour assumer ses responsabilités et protéger ses citoyens contre cette arrestation arbitraire et contre toute forme de tortures et traitements inhumains.

Mustapha a toujours agi en défense des droits de l’homme des Palestiniens confrontés à ces emprisonnements injustes. Aujourd’hui, il est temps de défendre les droits de Mustapha.

Raj’een dabkeh groupe et le Comité « Free Mustapha »