Ambiance combative et solidaire pour Mustapha à Mons

Étaient au menu de « Mons pour Mustapha », ce 11 décembre : Performances dabkeh de membres du groupe Raj’een et du groupe de danse freestyle de la Maison des jeunes de Cuesmes et un entretien avec le bourgmestre Nicolas Martin et l’échevine de la participation citoyenne Charlotte De Jaer. Et surtout aussi, une belle ambiance combative et solidaire avec Mustapha.

Voici le mot d’accueil d’Ibrahim Khayar, organisateur, qui lança aussi la nouvelle campagne du Comité Free Mustapha : « Write to Mustapha »

Bonjour à toutes et tous,

Au nom du Comité Free Mustapha dans son entièreté et des associations qu’il représente, j’aimerais vous remercier du fond du cœur d’être venus si nombreux aujourd’hui. Cela fait 145 jours que Mustapha, notre ami mais cet artiste belge plein de talent, réfugié reconnu a été arrêté et enfermé dans les prisons israéliennes alors qu’il attendait soin premier passage en Israël pour la première fois de sa vie pour voir son village ancestral. Mustapha n’avait jamais pu aller en Palestine auparavant, et c’était un rêve pour lui qui s’est transformé en cauchemar. Il a été arrêté sans qu’on l’informe de la raison de son arrestation et il a fallu attendre vingt jours, vingt longues journées, avant que notre consul puisse le voir. Durant ces vingt jours il aura subi des traitements assimilables à de la torture, notamment, des auditions qui ont duré plus de 20h sur 24 sans repos ou des déprivations de sommeil. Depuis qu’il est emprisonné il n’a également pas pu entrer en contact avec ses proches pour les rassurer, et leur faire savoir sa condition.

Hier, on célébrait la journée internationale des Droits humains, et on sait par des organisations internationales telles qu’Amnesty International, Human Rights Watch et la FIDH qu’Israel , qui se dit seule démocratie du Moyen-Orient, utilise des techniques d’interrogatoires comme la torture de façon massive lors de ses interpellations et durant ses interrogatoires. Ici c’est un ressortissant belge qui est concerné et c’est la raison pour laquelle nous sommes ici, c’est pour que nos responsables politiques les plus proches, puissent faire écho à notre demande au niveau national et demander que notre gouvernement et nos responsables politiques, Mr Reynders et Mr Michel, puissent prendre position de manière ferme et demander la libération de Mustapha, comme il se doit au regard du Droit International.

On a appris il y a une dizaine de jours que Mustapha avait dû plaider coupable pour des faits qu’il n’avait pas commis, pour obtenir une peine d’emprisonnement plus courte. Nous comprenons cela car nous connaissons une situation similaire, celle de Salah Hammouri, l’avocat franco-palestinien qui a été jugé puis condamné pour des faits similaires l’an dernier, mais qui a pu être libéré récemment après 13 mois de détention administrative. Et l’explication de sa libération prématurée est bien simple, elle est à chercher sur le terrain, où de nombreuses personnes se sont mobilisées et ont interpellé le Président Macron jusqu’à ce qu’il ait à prendre position. Parce que nous ne sommes pas impuissant, la Belgique dispose d’outils diplomatiques, et a montré plus d’une fois qu’il savait les utiliser. Il faut juste pour qu’elle le fasse qu’elle nous sente chaud et motivés à aller jusqu’au bout pour demander la libération de Mustapha.

Une dernière chose avant de passer le micro à ses amis proches, de Rajeen, si vous désirez soutenir la campagne, vous pouvez le faire de manière très concrète en soutenant ses frais d’avocats et les autres frais liés à son incarcération, ses frais d’avocats s’élèvent à 15.000€, et ce matin nous avions récoltés 9.482€. N’importe quel montant compte et on fait passer le numéro de compte sur lequel vous pouvez effectuer le versement. Aujourd’hui nous lançons également la campagne « Write to Mustapha » parce que Mustapha n’a droit à aucune visite, et son seul lien avec l’extérieur, c’est les lettres qu’il peut recevoir. Vous trouverez également sur le papier l’adresse à laquelle vous pouvez lui écrire. On vous remercie encore une fois du fond du cœur et maintenant je laisse la parole à Rajeen, la troupe de danse que Mustapha a cofondée.

Le rassemblement s’est terminé aux cris de « Free free Mustapha » « From the river to the sea, Palestine will be free »

Pour écrire à Mustapha : Mustapha Awad, Gilboa prison, DN Emek Yzrael, Gilboa, Israel 10900

Pour soutenir la campagne : Free Mustafa BE96 7360 5044 3805 BIC: KRED BE BB

Print Friendly, PDF & Email