Archives mensuelles : octobre 2018

Belgium refuses to demand release of citizen jailed by Israel

Palestinian dancer Mustapha Awad pictured in Belgium, where he holds citizenship. (via Facebook)

Surrealism was once the preserve of painters in Belgium. Today, even the country’s diplomats appear to have mastered it.

For there is something surreal about how they are promoting the cartoon character Spirou as a human rights advocate, while refusing to stand up for a real-life Belgian artist whose human rights have been denied.

Mustapha Awad – an exponent of dabke, the traditional Palestinian dance – was arrested by the Israeli authorities in July. Awad is a Palestinian with Belgian citizenship. Yet the government in Brussels has been mostly silent about his continuing detention.

The silence was eventually broken last week. Didier Reynders, the Belgian foreign minister, tweeted that consular assistance was being provided to Awad and that Israel had been asked for clarification about the charges against him.

Reynders’ tweets were inexcusably timid.

Israel’s allegation that Awad belonged to a “terrorist” organization has been emphatically rejected by his legal team. The Israeli authorities have not presented any credible evidence – as Reynders has acknowledged – against Awad.

Mustapha Awad is a Palestinian who had never previously been to Palestine. Aged 36, he was born in Ein al-Hilweh, a refugee camp in Lebanon; Belgium recognized his refugee status when he was 20. Israel arrested him this summer as he tried to enter the occupied West Bank via Jordan.

Ill-treated

If Belgium takes its duty to protect all its citizens seriously, the government must demand Awad’s immediate and unconditional release.

The inference in Reynders’ tweets that Belgium is doing all it can does not hold up to scrutiny. It took almost three weeks until a Belgian diplomat went to see Awad in jail.

Awad has been prevented from making contact with family or friends. According to his lawyers, Awad has has been ill-treated, particularly through being deprived of sleep.

Reynders acted more swiftly when another Belgian citizen, Amaya Coppens, was detained in Nicaragua last month. She, too, was accused of terrorism.

Although he waited two-and-a-half months until making any public comment about Awad’s case, Reynders voiced his unease about Coppens’ situation within two days of her arrest. He made a point of discussing the matter with Nicaraguan representatives while visiting New York for the UN General Assembly.

Charles Michel, Belgium’s prime minister, was photographed shaking hands with Benjamin Netanyahu, his Israeli counterpart, during that gathering. There was no indication that Michel availed of the opportunity to push for Awad’s freedom.

Why is the Belgian government behaving so differently in these two cases?

Under Daniel Ortega’s presidency, Nicaragua has a strained relationship with the West. There is no major political or economic cost for Belgium to having a row with the left-wing administration in Managua.

Double standards

By contrast, Belgium boasts of its cordial relations with Israel. Sometimes, Belgian diplomats go so far as praising musicians from their country who bring a “great vibe” when they play Tel Aviv. Such inane praise overlooks how those musicians have refused to heed the Palestinian call for a boycott of Israel.

Belgium and Israel are significant commercial partners. Both Antwerp – Belgium’s second city – and Tel Aviv are important players in the global diamond trade, with extensive interaction between the two.

More than 40 percent of all Israeli goods imported to Belgium in 2017 were categorized as precious metals and stones.

The Belgian military is also a customer of Israeli weapons firm Elbit Systems.

Last year, Belgium briefly indicated that it may be willing to behave with a little less deference towards Israel. It took the lead among a group of EU countries in protesting the destruction caused by Israel to aid projects they had funded in the occupied West Bank.

The protest floundered – because Belgium did not accompany it with the threat of sanctions or a lawsuit. Predictably, Israel has kept on vandalizing Palestinian schools financed by the European taxpayer.

That was a vicious assault on the right to education. Yet rather than challenging Israel’s aggression, Belgium has been punishing Palestinians.

Belgium announced in September that it had cut off funding for schools administered by the Palestinian Authority. By doing so, Belgium capitulated to pressure from pro-Israel lobbyists objecting that one school bore the name of a Palestinian resistance fighter.

Israel habitually names streets and institutions after war criminals, and continues to openly celebrate the terrorists who bombed Jerusalem’s King David Hotel in 1946. That embrace of violence has never been an obstacle to Belgian support for the Israeli state.

As Belgium has a multicultural society, it should be proud of people like Mustapha Awad. He has led the Ra’jeen dabke troupe with great enthusiasm. I recall how he smiled radiantly at the end of a rousing performance by the group at a Brussels university earlier this year.

The refusal of Didier Reynders to demand Awad’s release smacks of double standards and, very possibly, racism.

Belgium’s foreign ministry is following a script that resembles George Orwell’s Animal Farm. All citizens are equal but some are more equal than others.

L’inexcusable timidité du gouvernement belge face à Israël et l’emprisonnement d’un de ses citoyens

Le surréalisme était autrefois l’apanage des peintres en Belgique. Aujourd’hui, même les diplomates du pays semblent l’avoir maîtrisé. Car il y a quelque chose de surréaliste dans la façon dont ils utilisent le personnage de bande dessinée Spirou, en tant que défenseur des droits de l’homme, tout en refusant de défendre un artiste belge, un être bien réel celui-ci, dont les droits de l’homme sont bafoués par Israël.

Mustapha Awad, éminent représentant de la danse traditionnelle palestinienne, le dabke, a été arrêté par les autorités israéliennes en juillet dernier. Awad est un Palestinien de nationalité belge. Pourtant, le gouvernement belge pratiquement gardé le silence sur son maintien en détention.

Le silence a finalement été brisé la semaine dernière. Didier Reynders, le ministre belge des Affaires étrangères, a tweeté que l’assistance consulaire a été fournie à Awad et qu’il avait été demandé à Israël de clarifier les accusations portées contre lui. Des tweets d’une timidité inexcusable :

Les allégations d’Israël selon lesquelles Awad appartiendrait à une organisation « terroriste » ont été catégoriquement rejetée par son équipe juridique. Les autorités israéliennes n’ont présenté aucune preuve crédible contre Awad, ainsi que l’a reconnu Reynders.

Mustapha Awad est un Palestinien qui n’était jamais allé en Palestine auparavant. Âgé de 36 ans, il est né à Ein al-Hilweh, un camp de réfugiés au Liban. La Belgique a reconnu son statut de réfugié à l’âge de 20 ans. Israël l’a arrêté cet été alors qu’il tentait d’entrer en Cisjordanie occupée via la Jordanie.

Mauvais traitements

Si la Belgique prend son devoir de protéger tous ses citoyens au sérieux, le gouvernement doit exiger la libération immédiate et inconditionnelle d’Awad.

L’affirmation de Reynders, par Twitter interposé, selon laquelle la Belgique fait tout ce qu’elle peut ne résiste pas à l’examen. Il a fallu presque trois semaines avant qu’un diplomate belge aille voir Awad en prison. Awad n’a pas pu entrer en contact avec sa famille ou avec ses amis. Selon ses avocats, Awad a été maltraité, notamment par privation de sommeil.

Reynders a réagi plus rapidement quand un autre citoyen belge, Amaya Coppens, a été arrêté au Nicaragua, où elle aussi a été accusée de terrorisme.

Alors qu’il a attendu deux mois et demi avant de faire tout commentaire public sur l’affaire Awad, Reynders a exprimé son malaise à propos de la situation de Coppens dans les deux jours suivant son arrestation. Et il a tenu à discuter de la question avec des représentants du Nicaragua lors de sa visite à New York pour l’Assemblée générale des Nations Unies.

Charles Michel, le Premier ministre belge, s’est fait photographier serrant la main de son homologue israélien, Benjamin Netanyahu, au cours de la même réunion. Rien n’indique que Michel ait profité de l’occasion pour faire pression pour la libération d’Awad.

https://twitter.com/IsraelinBelgium/status/1045206782975651841

Pourquoi le gouvernement belge adopte-t-il des attitudes si différentes dans les deux affaires ?

Sous la présidence de Daniel Ortega, le Nicaragua entretient des relations tendues avec l’Occident. Les affrontements avec l’administration de gauche à Managua ne présentent aucun coût politique ou économique majeur pour la Belgique.

Double standard

À l’inverse, la Belgique se vante de ses relations cordiales avec Israël. Parfois, les diplomates belges vont même jusqu’à louer les musiciens de leur pays qui apportent une «grande ambiance» quand ils jouent Tel Aviv. Cet éloge insensé ne tient pas compte du fait que ces musiciens ont refusé de répondre à l’appel palestinien au boycott d’Israël.

La Belgique et Israël sont des partenaires commerciaux importants. Anvers – la deuxième ville de Belgique – et Tel-Aviv sont des acteurs importants du commerce mondial du diamant, grâce à une interaction étroite entre les deux.

https://twitter.com/BelgiuminIsrael/status/1044339281433628672

Plus de 40% de tous les produits israéliens importés en Belgique en 2017 sont constitués de métaux précieux et pierres précieuses. L’armée belge est également un client de la société d’armement israélienne Elbit Systems.

L’année dernière, la Belgique a brièvement indiqué qu’elle serait peut-être disposée à se comporter avec un peu moins de déférence envers Israël. Elle a pris les devants parmi un groupe de pays de l’UE en protestant contre les destructions causées par Israël à des projets d’aide qu’ils avaient financés en Cisjordanie occupée.

La protestation a fait long feu, parce que la Belgique ne l’a pas accompagnée de menaces de sanctions ou de poursuites judiciaires. De manière prévisible, Israël a continué à vandaliser des écoles palestiniennes financées par les contribuables européens.

C’était un assaut vicieux contre le droit à l’éducation [des enfants palestiniens]. Cependant, plutôt que de contester l’agression israélienne, la Belgique punit les Palestiniens. La Belgique a annoncé en septembre qu’elle avait coupé le financement des écoles administrées par l’Autorité palestinienne. Ce faisant, la Belgique a capitulé sous la pression de lobbyistes pro-israéliens qui ont objecté qu’une école portait le nom d’un combattant de la résistance palestinien.

Israël attribue de manière habituelle le nom de criminels de guerre à ses rues et à ses institutions, et continue de célébrer ouvertement les terroristes qui ont bombardé le l’Hotel King David à Jérusalem en 1946. Cette violence n’a jamais été un obstacle au soutien de la Belgique à l’État israélien.

La Belgique étant une société multiculturelle, elle devrait être fière de Mustapha Awad. Il a dirigé la troupe Ra’jeen Dabke avec beaucoup d’enthousiasme. Je me souviens du sourire radieux qu’il a eu à la fin d’une performance entraînante du groupe dans une université bruxelloise, plus tôt cette année.

Le refus de Didier Reynders d’exiger la libération d’Awad relève du double standard et, très probablement, du racisme.

Le ministère belge des Affaires étrangères suit un scénario qui ressemble à celui de «Animal Farm» de George Orwell. Tous les citoyens sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres.

David Cronin                


Cet article de David Cronin a été publié sur Electronic Intifada le 16 octobre 2018, sous le titre «Belgium refuses to demand release of citizen jailed by Israel» – Traduction : Luc Delval pour www.pourlapalestine.be

 

Nicaragua – Israël : deux poids, deux mesures ? Les cas d’Amaya Coppens et de Mustapha Awad

Carte Blanche paru sur Le Vif, le 9/10/2018

Lundi 10 septembre, Amaya Coppens, une jeune étudiante en médecine belgo-nicaraguayenne, était arrêtée dans la ville de Leon, au Nicaragua, par la police locale. Elle était engagée dans le Mouvement étudiant du 19 avril, fer de lance de la contestation du régime de Daniel Ortega. Les chefs d’accusation utilisés pour justifier sa détention ont été rapidement connus : terrorisme, port d’arme illégal, incendie criminel, séquestration, tous fermement rejetés par les proches d’Amaya. Son père note en effet que les accusations de terrorisme sont, dans le cadre de la répression du régime, utilisées abusivement, y compris pour les rassemblements les plus pacifiques. Amaya, ajoute son père, est « très motivée par la lutte contre l’injustice et contre l’autoritarisme » du régime en place

Deux jours après son arrestation, le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, intervenait en personne, afin de faire savoir que «s’il n’arrivait pas à avoir un contact efficace dans les jours qui venaient, il prendrait évidemment aussi contact avec son collègue (homologue) nicaraguayen au moment de l’Assemblée générale des Nations unies». C’est effectivement ce qu’il a fait, après que les autorités consulaires avaient préalablement obtenu une rencontre entre la jeune fille et son père. Celle-ci fut brève, certes, mais on peut imaginer le soulagement qu’elle a pu procurer à Amaya, et l’influence positive qu’elle a pu avoir sur son moral ainsi que sur celui de ses proches.

En ce moment, Amaya est encore dans l’incertitude quant à son sort, mais le vice-Premier ministre Reynders a, vendredi dernier, déclaré que «si les déclarations qui lui avaient été faites étaient correctes », il avait «l’impression qu’Amaya serait l’une des premières prisonnières à être libérées».

Mustapha Awad a, quant à lui, été arrêté par les forces armées israéliennes le 19 juillet dernier, soit il y a plus de deux mois, à la frontière jordano-palestinienne, après plusieurs heures d’interrogatoire. Ce jeune artiste et travailleur belge d’origine palestinienne a lui aussi été accusé de terrorisme par l’État israélien, bien qu’il n’ait jamais mis les pieds en Palestine ni en Israël auparavant, et qu’il soit lui aussi connu en Belgique pour son engagement citoyen en faveur des droits humains. Les chefs d’accusation qui lui étaient imputés ont été dissimulés un long moment, et plusieurs semaines se sont écoulées avant que Mustapha ne les apprenne. Il a également rapporté avoir été victime de mauvais traitements. Mustapha n’a pu voir son avocat que 20 jours après son arrestation en même temps que le consul, qui n’a pu lui rendre visite que deux fois depuis son arrestation. Tout contact avec ses proches lui a été refusé, la justice israélienne prétextant des raisons de «sécurité».

Notre ministre des Affaires étrangères est resté étrangement silencieux sur le cas de Mustapha, et on attend encore une prise de position officielle de sa part condamnant les traitements inhumains auxquels il est soumis. Au vu des conditions floues de son arrestation et des techniques illégales d’interrogatoire utilisées contre lui, sa libération immédiate devait être réclamée.

Au surplus, il est à noter qu’Amaya possède la double nationalité belgo-nicaraguayenne, ce qui complique théoriquement les efforts entrepris par notre corps diplomatique pour sa libération. Mustapha, lui, est exclusivement citoyen belge. Il s’ensuit qu’Israël ne retient donc pas dans ses prisons un de ses ressortissants ou même un ressortissant palestinien, mais bien un ressortissant étranger, en l’occurrence, un Belge. Si la diplomatie belge, et en particulier son chef, ne réagissent pas avec la plus grande fermeté pour Mustapha, chacun d’entre nous serait désormais en droit d’estimer qu’en cas d’arrestation arbitraire dans un pays quelconque, il ne trouverait aucun soutien auprès des autorités belges. Ce serait là un dangereux précédent que nous ne pouvons accepter.

Amaya et Mustapha. Deux ressortissants belges dans des situations similaires mais dont la prise en charge par nos services diplomatiques diverge considérablement jusqu’au plus haut niveau. Tout à fait louable, voire exemplaire dans un cas, partielle et imparfaite, voire inexistante dans l’autre. Nous sommes en droit de demander que soit respectée l’égalité entre chacun et chacune de nos citoyens, y compris hors de nos frontières.

L’engagement de la Belgique pour les droits de ses ressortissants à l’étranger ne peut être tributaire des intérêts géopolitiques ni des calculs diplomatiques liés à la nature du pays en face, que ce soit le Nicaragua ou Israël. Nous demandons donc à notre ministre des Affaires étrangères Didier Reynders de se positionner publiquement en faveur du respect du droit et de la libération de Mustapha auprès des autorités israéliennes comme il l’a fait pour Amaya auprès des autorités nicaraguayennes.

Ludo Abicht, professeur à l’Université d’Anvers
Marc Abramowicz, fondateur du centre Aimer à l’ULB
Mateo Alaluf, professeur honoraire à l’ULB
Karel Arnaut, professeur d’anthropologie à la KULeuven
Jos Beni, enseignant honoraire
France Blanmailland, avocate
Johannes Blum, enseignant à la retraite
Francine Bolle, maître de conférence ULB
Jean Bricmont, professeur émérite de l’UCL
Fabienne Brion, professeur à la Faculté de droit et de criminologie de l’UCLouvain
Gregorio Carboni Maestri, maître de conférences invité, UCLouvain ; enseignant en projet d’architecture, ULB
Lucie Cauwe, journaliste
Marie-Christine Closon, professeure emérite UCL en Economie de la santé
Michel Collon, auteur et journaliste d’investigation
Hélène Crokart, avocate
Ludo De Brabander, porte-parole Vrede asbl
Lieven De Cauter, philosophe, historien de l’art et auteur, RITCS, school of arts, & department of Architecture KULeuven
Herman De Ley, professeur émérite à l’Université de Gand
Marc David, professeur émérite à l’Université d’Anvers
Paul Delmotte, professeur retraité de l’IHECS, Bruxelles
Jean-Marie Dermagne, avocat et ancien bâtonnier à Louvain-la-Neuve
S
erge Deruette, professeur de sciences politiques à l’Université de Mons
Alexis Deswaef, avocat au Barreau de Bruxelles et président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme
Ruddy Doom, professeur émérite à l’UGent
Charles Ducal
, écrivain
Baudouin Dupret, CNRS/UCLouvain
Fabrice Eeklaer, secrétaire fédéral CSC Charleroi-Sambre & Meuse
El Battiui Mohamed,
ancien président de l’Assemblée Mondiale Amazigh
Pierre Galand,
ancien sénateur
Michel Gevers,
professeur émérite à l’UCLouvain
Pierre Gillis,
professeur à l’UMons
Corinne Gobin,
politologue à l’Université libre de Bruxelles
Johan Grimonprez,
artiste et cinéaste
Gwenaelle Grovonius,
députée fédérale et conseillère communale PS à Namur
Mejed Hamzaoui,
président de la filière Master en sciences du travail à l’ULB
Kristien Hemmerechts,
écrivaine
Hilde Heynen,
professeur à la KULeuven, département architecture
Wouter Hillaert,
journaliste et porte-parole de Hart boven Hard
Perrine Humblet,
professeure honoraire ULB
Heinz Hurwitz,
professeur émérite à l’ULB
David Jamar,
sociologue Umons
Marc Jacquemain,
professeur à l’ULiège
Gabrielle Lefèvre,
journaliste
Vincent Legrand,
professeur à l’UCLouvain
Marc Lenaerts,
professeur à l’ULB et à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles
Madeline Lutjeharms,
professeure émérite à la VUB
Frédéric Ligot,
secrétaire politique du Mouvement Ouvrier Chrétien
Paul Lootens,
ancien président de la Centrale générale FGTB
Victor Matteucci, Mediter –Réseau euro-méditerranéen pour la cooperation
Xavier May, chercheur à l’ULB
Anne Morelli,
professeure émérite à l’ULB
Jan Orbie,
directeur Centre for EU Studies (CEUS), Dept of Political Science, à l’UGent
Rosa-Rosso Nadine,
enseignante
Ryckmans Hélène,
députée ECOLO au Parlement wallon et au Parlement de la fédération Wallonie-Bruxelles, sénatrice
Christiane Schomblond,
professeure émerite ULB
Dominique Surleau,
secrétaire générale de Présence et Action Culturelles
Dirk Tuypens,
acteur
Dirk Vandermaelen,
président de la Commission des Affaires étrangères, député fédéral SP.a
Claude Veraart, professeur émérite à l’UCL
Véronique Vercheval, photographe
Erik Vlaminck,
auteur, président du PEN-Vlaanderen
Luk Vervaet,
ancient enseignant dans les prisons
Dominique Willaert, Victoria Deluxe
Karim Zahidi,
philosophe à l’Université d’Anvers

Didier Reynders, Israël houdt een Belg gevangen, waarom onderneemt u niets?’

Opinie

Gepubliceerd op Knack op 9/10/2018

‘Didier Reynders, Israël houdt een Belg gevangen, waarom onderneemt u niets?’

‘Het engagement van België om op te komen voor de rechten van haar burgers in het buitenland mag niet afhangen van geopolitieke belangen of diplomatieke berekeningen’, schrijft een groep actievoerders aan Didier Reynders. Ze vragen dat ons land werk maakt van de vrijlating van een jonge Belg van Palestijnse oorsprong.

'Didier Reynders, Israël houdt een Belg gevangen, waarom onderneemt u niets?'

Minister van Buitenlandse Zaken Didier Reynders (MR). © Belga

Op maandag 10 september werd Amaya Coppens door de lokale politie gearresteerd in Leon, Nicaragua. Amaya studeert geneeskunde. Ze had zich geëngageerd in de studentenbeweging van 19 april, die het verzet tegen Daniel Ortega op gang trok.

De aanklachten tegen Amaya: terrorisme, het dragen van illegale wapens, brandstichting, ontvoering. Allemaal sterk verworpen door de familie van Amaya. Haar vader stelt dat de beschuldigingen van terrorisme er door de regering worden misbruikt om vreedzaam verzet te breken. Amaya is heel bewogen door ‘strijd tegen onrecht’, vertelt haar vader.

 

Twee dagen na haar ontvoering kwam de minister van Buitenlandse Zaken Didier Reynders in hoogsteigen persoon tussen om te laten weten dat ‘als er geen vruchtbaar contact zou plaatsvinden de komende dagen, hij contact zou nemen met de Nicaraguaanse Minister van Buitenlandse Zaken tijdens de Algemene Vergadering van de VN’. Dat is inderdaad wat hij gedaan heeft, nadat het consulaat toelating had gegeven voor een ontmoeting tussen Amaya en haar vader. Die ontmoeting was kort, maar zal een enorme opluchting geweest zijn voor Amaya.

Op dit moment is het nog onzeker wat met Amaya zal gebeuren, maar vicepremier minister Reynders heeft voorbije vrijdag verklaard dat ‘indien de verklaringen die hem werden gedaan correct waren, zou Amaya eerstdaags vrijgelaten moeten worden‘.

Mustapha Awad

Mustapha Awad © .

Mustapha Awad werd op 19 juli gearresteerd door de Israëlische strijdkrachten aan de Jordaans-Palestijnse grens, na urenlange ondervraging. Hij wilde zijn thuisland bezoeken. Deze jonge artiest en Belgische arbeider van Palestijnse origine wordt beschuldigd van terrorisme door de Israëlische staat, terwijl hij nog nooit eerder een stap heeft gezet in Palestina of Israël. Gedurende lange tijd was het niet duidelijk wat de aanklacht was. Pas na enkele weken werd Mustapha zelf op de hoogte gesteld.

Hij onderging ook een slechte behandeling. Mustapha kon zijn advocaat en de consul pas zien twintig dagen na zijn arrestatie. De consul heeft hem slechts twee bezoeken kunnen brengen. Al het contact met zijn familie wordt geweigerd, volgens de Israëlische justitie zogezegd om ‘veiligheidsredenen’.

Onze minister van Buitenlandse Zaken blijft stil over de zaak Mustapha. We wachten nog steeds op een officieel standpunt waarin hij de behandeling van Mustapha veroordeelt. Gezien de onduidelijke omstandigheden van zijn arrestatie, en de onwettige ondervragingspraktijken die op hem worden toegepast, moet zijn onmiddellijke vrijlating worden geëist.

Amaya heeft de dubbele nationaliteit: Belgisch-Nicaraguaans. Dat maakt de diplomatieke stappen voor haar vrijlating voor ons land moeilijker. Mustapha is Belg. Israël houdt een buitenlander vast in zijn gevangenis. Indien de Belgische diplomatie, meer bepaald haar leider, niet even vastberaden reageert, hebben wij toch allen het recht te weten waarom iemand die in het buitenland willekeurig gearresteerd wordt geen steun krijgt van de Belgische overheid. Dit is een gevaarlijk precedent dat we niet kunnen aanvaarden.

Amaya en Mustapha. Twee Belgen in gelijkaardige situaties, maar de ene is blijkbaar belangrijker dan de andere voor onze diplomatieke diensten. Loyaal en zelfs voorbeeldig in het ene geval, gebrekking en bijna onbestaand in het ander geval. We hebben het recht te vragen dat Belgische burgers op gelijke manier behandeld worden, binnen en buiten onze landsgrenzen.

Het engagement van België om op te komen voor de rechten van haar burgers in het buitenland mag niet afhangen van geopolitieke belangen of diplomatieke berekeningen gelinkt aan het land in kwestie, in dit geval Nicaragua of Israël. We vragen aan onze minister van Buitenlandse Zaken Didier Reynders om zich publiekelijk uit te spreken voor de rechten en de vrijlating van Mustapha bij de Israëlische overheid, zoals hij gedaan heeft bij Amaya bij de Nicaraguaanse overheid.

Ondertekenaars:

Alexis Deswaef, advocaat bij de Brusselse balie en erevoorzitter van de Liga voor Mensenrechten.

Herman De Ley, professor emeritus aan de Universiteit van Gent.

Claude Veraart, professor emeritus, UCL

Luk Vervaet, voormalig lesgever in de gevangenis

Marc David, professor emeritus Universiteit Antwerpen

Michel Gevers, professor emeritus aan UCLouvain

Paul Lootens, voormalig voorzitter van de Algemene Centrale van het ABVV

Marc Jacquemain, professor aan de Universiteit van Luik

Fabrice Eeklaer, secretaris ACV Charleroi-Samber & Maas

Serge Deruette, professor politieke wetenschappen aan de Universiteit van Mons

Frédéric Ligot, politiek secretaris van de Mouvement Ouvrier Chrétien

Marc Lenaerts, professor aan de ULB en aan de Academie van Schone Kunsten van Brussel

Gwenaelle Grovonius, volksvertegenwoordiger en gemeenteraadslid PS Namen

David Jamar, sociologe UMons

Marc Abramowicz, oprichter van het centrum Aimer aan de ULB Pierre Gillis, professor aan de UMons

Mejed Hamzaoui, voorzitter van de richting Master In arbeidswetenschappen aan de ULB

Lieven De Cauter, filosoof, kunsthistoricus en schrijver, RITCS, & department Architectuur KULeuven

Johannes Blum, gepensioneerd leerkracht

Xavier May, onderzoeker aan de ULB

Mateo Alaluf, ereprofessor ULB

Jos Beni, ereprofessor

Dirk Tuypens, acteur

Véronique Vercheval, fotografe

Jean-Marie Dermagne, advocaat en voormalig stafhouder in Louvain-la-Neuve

Dirk Van der Maelen, Voorzitter Commissie Buitenlandse Zaken, kamerlid SP.A

Paul Delmotte, professor op pensioen aan IHECS, Brussel

Gregorio Carboni Maestri, coördinator gastcolleges UCLouvain; onderwijzer in de architectuur aan ULB

Charles Ducal, schrijver

Madeline Lutjeharms, professor doctor emeritus, VUB

Jean Bricmont, professor emeritus van de UCL.

Pierre Galand, voormalig senator

Ludo De Brabander, woordvoerder Vrede vzw

Johan Grimonprez, artiest en filmmaker

Karel Arnaut, professor antropologie aan de KU Leuven

Wouter Hillaert, journalist en co-woordvoerder Hart boven Hard

Erik Vlaminck, auteur, voorzitter PEN-Vlaanderen

Ludo Abicht, filosoof en professor U Antwerpen

Jan Orbie, directeur Centre for EU Studies (CEUS), departement Politieke Wetenschappen Ugent

Kristien Hemmerechts, schrijfster

Dominique Willaert, Victoria Deluxe

Karim Zahidi, filosoof Universiteit Antwerpen

Rudy Doom, professor doctor emeritus Ugent

Lucie Cauwe, journaliste

France Blanmailland, advocate

Francine Bolle, conferentiemeester ULB Fabienne Brion, professor recht aan de UCL

Marie-Christine Closon, professor emeritus UCL

Michel Collon, auteur

Hélène Crokart, advocate

Serge Deruette, professor politieke wetenschappen aan de Universiteit van Mons

Baudouin Dupret, CNRS/UCLouvain